Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 12:20

LogoEcho.gif

Le "Château des mineurs" (La Napoule) raconte une aventure sociale et les vacances des gueules noires

 

De Bernard Queste

 

De l’émotion, beaucoup d’émotion, jusqu’aux larmes parfois, de joie ou de nostalgie. Tel est le sentiment qui se lit sur les visages des anciens mineurs et épouses de mineurs que sont allés rencontrer Jean-Pierre Denne et Pascal Crépin pour leur documentaire Le Château des mineurs. Un peu plus de quinze ans après la cession du centre de la Napoule par Charbonnages de France au comité d’entreprise d’EDF-GDF (à l’époque), les voilà qui repartaient en vacances dans le château d’Agecroft, un lieu ô combien symbolique pour plusieurs générations de mineurs du Nord et du Pas-de-Calais. Ils ont été près de 500 000 personnes (les mineurs et leurs familles) à y passer quelques semaines de vacances entre 1947 et 1994. Que de souvenirs engrangés lors des séjours sur l’un des plus beaux panoramas de la Côte d’Azur.

 

Liés avec le Pas-de-Calais, Jean-Pierre Denne (habitant d'Achiet-le-Grand) et Pascal Crépin (natif d'Auchel), tous deux militants de comités d’entreprise des industries électriques et gazières, membres de l’association picarde Mine de Rien (aucun rapport avec l’extraction du charbon en fait) réalisent depuis longtemps déjà des vidéos, reportages et fictions à caractère social. Ayant eu l’occasion de filmer une manifestation pour la sauvegarde de l’hôtel Régina de Berck et du centre de La Napoule en 1994, puis de séjourner au château d’Agecroft en 1996 lors d’un reportage sur les agents EDF, ils avaient été impressionnés par les lieux et leur histoire, se promettant de raconter un jour cet épisode marquant du tourisme social. « Le hasard a voulu qu’en septembre 2010, un groupe de 260 retraités des mines y retournent en vacances pour la première fois depuis la vente du château. C’était une opportunité unique » explique Jean-Pierre Denne.

 

Des vacances de seigneurs

Avec son complice Pascal Crépin et une solide équipe de passionnés ils se sont Lancés dans l’aventure. D’abord en allant rencontrer quelques retraités qui devaient être du voyage afin de recueillir leurs impressions avant et pendant le séjour. En s’efforçant aussi de retracer l’histoire du château d’Agrecroft, construit entre 1918 et 1920 par un aristocrate écossais, Harry Leland de Lengley, qui lui donna ce nom en mémoire de son grand-père. C’est au lendemain de la seconde guerre mondiale que le propriétaire, devant les dégâts occasionnés sur son château et son parc par les Allemands puis les bombardements alliés, a choisi de vendre. Acheté sous l’impulsion de Léon Delfosse, alors directeur général adjoint des Houillères du Nord Pas-de-Calais en 1947, le château d’Agecroft a permis dès 1948 d’organiser « pour les mineurs, des vacances de seigneurs » selon une expression souvent reprise par des responsables syndicaux. Aujourd’hui géré par Touristra, spécialiste du tourisme social, il accueille les ressortissants des comités d’entreprises d’EDF, de la RATP, etc… et les anciens mineurs de retour chez eux. Là-bas, il est vrai, il y a encore la plage des mineurs, l’arrêt de bus des mineurs, la cave des mineurs… tout un univers se rappelle au bon souvenir des anciens qui se sont vite réappropriés les lieux. Le résultat est un film d’une heure bourré d’émotion, de souvenirs, de nostalgie, d’images en noir et blanc, de témoignages d’une époque où, dans la corporation minière, les vacances à La Napoule, c’était le rêve de chaque famille qui attendait avec impatience et non sans une certaine angoisse le tirage au sort annuel.

 

Le train, puis l'avion

Au fil des témoignages, on sent les anciens mineurs encore très attachés à l’endroit. Certains y avaient séjourné alors qu’ils étaient encore enfants, d’autres en activité. Ils en ont gardé des souvenirs merveilleux. Pour beaucoup à l’époque, c’était la première fois qu’ils prenaient le train. Quelle aventure, c’était déjà les vacances ! Alors quand ils arrivaient à La Napoule, dix-sept heures plus tard, et qu’ils découvraient la vue, ils étaient au paradis. « Certains n’avaient jamais vu la mer, c’était une vraie surprise » explique l’un des anciens mineurs qui se souvient des baignades sur la plage des mineurs dont le chemin d’accès direct avait été offert gracieusement par l’ancien propriétaire écossais, soucieux du bien-être des nouveaux hôtes du château. Des occupants qui n’en finissaient pas d’admirer les lieux, la montée vers le château (propice aux photos), le château lui-même avec sa grande salle à manger et ses décors, les jardins luxuriants, la vue sur la baie ce Cannes… Autre nouveauté appréciée de bon nombre de familles : être servis à table, tous ensemble. Un luxe que peu connaissaient. Année après année, de nouvelles constructions sont venues augmenter et améliorer les conditions d’hébergement. Les Fougères, les Mimosas, la Roseraie, les Oranges, les Tamaris… ont porté la capacité d’accueil à près de 600 personnes. Une salle des fêtes de 500 places a été construite et même une garderie pour les jeunes enfants. Du point de vue transport, l’avion a remplacé le train à partir de 1977. « Au début, on n’y croyait pas. Personne n’avait pris l’avion et il y avait une certaine appréhension. Et deux heures plus tard ont était au soleil. Ça c’est des vacances qu’on ne pourra jamais oublier » se souvient un ancien mineur.

 

Témoignage

C’est tout cela que Le Château des mineurs, le film de Jean-Pierre Denne et Pascal Crépin évoque, sous son aspect social particulièrement puisque leur documentaireest aussi l’occasion de rappeler la bataille du charbon, ledur métier de mineur, les grandes grèves, la silicose...Pas étonnant donc si l'équipe aimerait voir son filmprogrammé au festival Visions sociales (10ème édition en2012), organisé au château d’Agecroft en même tempsque le Festival de Cannes et qu’il soit projeté à travers lebassin minier car il fait véritablement œuvre de témoignage. Jean-Pierre Denne et Pascal Crépin espèrent d’ailleurs que les communes (en particulier celles du bassin minier), comités d’entreprise et autres structuresleur demandent de venir animer une projection duChâteau des mineurs en haute définition avec du matériel adapté, suivie d’un débat. Le documentaire social sera aussi présenté à Brives, en avril, lors du festival international du moyen métrage.

 http://www.echo62.com/actu3288

jeudi 2 février 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by lechateaudesmineurs
commenter cet article

commentaires