Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 19:23

 

Par Thierry Bonté. Journaliste France3

http://www.thierrybonte.fr/

dc68eccc52-copie-1J’ai vu dimanche 13 Novembre au festival du film d’Amiens, un documentaire sur le château de Mandelieu La Napoule, centre de vacances des mineurs du Nord Pas de Calais pendant des décennies. Un film militant très sensible, plein de pudeur et d’amour.

 

Un film de solidarités

La salle de la Maison de la Culture était remplie de mineurs à la retraite et leurs familles venues en car du Nord pour assister à la première projection du documentaire. Je salue quelques amis que je n’ai pas vus depuis quelque temps. Parmi eux, Jean Pierre Denne et Pascal Crépin, les réalisateurs du film qui m’ont invité à cette séance. Il y a trois ans, j’avais vu leur travail sur le résistant communiste Jean Catelas. Un travail rigoureux, bien documenté, intelligemment construit. Cette fois, les deux compères se sont intéressés au château de la Napoule, magnifique bâtisse accrochée aux contreforts de la rade de Cannes achetée par les œuvres sociales des syndicats de mineurs après la guerre. A travers les témoignages, ils nous content l’histoire de ce lieu de vacances qui a été un « paradis » pour des milliers d’ouvriers de la mine. Les séquences d’entretiens sont parsemées de photos de famille et d’images d’archives qui rappellent l’épopée des premiers congés passés dans ce lieu de rêve en bord de Méditerranée. Les témoignages sont très émouvants. C’est une belle aventure de solidarité de classe qui nous est également racontée à travers les récits des anciens mineurs et de leurs femmes. Des ouvriers dans un château sur la côte d’azur! Ils n’ont s’en pas encore revenus d’avoir pu profiter de cet endroit fabuleux, eux qui sont de petite condition et qui n’auraient jamais pu se payer ça tout seuls. Grâce au système de solidarité collective mis en place par leur syndicat et une association de tourisme social, ils ont pu, au moins une fois dans leur vie, bénéficier de cette villégiature destinée aux riches.

 

Un travail d’auteur

Les retraités de la mine, acteurs du film, ont applaudi le travail de Pascal, Jean Pierre et leur petite équipe. L’hommage est naturel puisque le documentaire leur est destiné et qu’ils s’y reconnaissent. Mais le film va au delà de cet effet « miroir » un peu facile. Il parle à chacun d’entre nous. Le thème s’y prête mais la qualité du travail effectué par les réalisateurs permet de toucher n’importe quel spectateur. Ils ont su filmer leurs interlocuteurs avec un profond respect et beaucoup d’amour. Des plans fixes qui laissent s’exprimer pleinement les témoins, un traitement tout en douceur des archives et des photos, un texte bien écrit, une musique qui accompagne subtilement l’histoire, tout est réuni pour nous parler intimement de ces personnes qu’on ne connaît pas et qui nous disent leur bonheur d’avoir vécu ensemble une expérience inoubliable. Une expérience qui interroge l’actualité de notre période marquée par l’égoïsme et la tentation du repli sur soi . De belles œuvres collectives sont donc encore possibles et l’on peut humainement « faire société ». Je souhaite que ce documentaire « amateur » trouve un distributeur et puisse être vu le plus largement possible dans les festivals et pourquoi pas à la télé. Il le mérite autant que bien des reportages que l’on voit sur les chaînes et qui n’ont pas la sensibilité de ce « château des mineurs ».

 

  IMG 6045

  IMG_6060.jpg

IMG_608500.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by lechateaudesmineurs
commenter cet article

commentaires